Connexion
Login
Pass
Inscription - Connecter
Eglise Protestante Evangélique du Val de Gally
Lecture
Principes de vie chrétienne
Livres
Anectdotes
Etude sur le réveil
>> Messages du réveil<<

Audio
Messages
Séléction sur le réveil

Vidéos
Témoignages - Interviews
Diaporamas

Téléchargements
Téléchargements

Des épreuves ? Ne soyez pas surpris ! (30 Mars 2008)

1 Pierre 4 : 12-14

Introduction : Oh, il est merveilleux d'être chrétien !

 

Dimanche dernier, je me suis adressé à des jeunes gens, en Suisse, et c'était merveilleux de voir ces jeunes qui sont déterminés à rester fidèles au Seigneur et à le suivre. C'est toujours merveilleux pour moi de voir des jeunes qui se consacrent à la cause de notre Seigneur Jésus-Christ. Je m'émerveille toujours de ces jeunes qui viennent et donnent leur vie au Seigneur Jésus. Nous avons eu un cantique merveilleux qui nous a accompagnés pendant tout le temps que nous avons passé ensemble. C'était : Oh, il est merveilleux d'être chrétien ! On pouvait sentir à quel point ils chantaient de tout leur cœur. Je voudrais vous lire les paroles :

 

La vie a maintenant un but, comme jamais auparavant.*1

Chaque jour a un sens, et même l'avenir.

Parce qu'une joie et une paix que je ne peux expliquer sont miennes.*2

Depuis que j'ai trouvé la nouvelle vie en Christ, mon divin Seigneur.

 

Refrain :

Oh, il est merveilleux d'être chrétien !

Oh, il est merveilleux d'être enfant de Dieu.

Oh, il est merveilleux d'avoir reçu le pardon de tes péchés.*3

Oh, il est merveilleux d'être racheté, justifié, réconcilié pour toujours.

 

Et l'espoir de la gloire céleste me fait tressaillir.

Je sais où je vivrai pour toujours avec Christ.

C'est pourquoi je laisse les choses de la terre

Je possède des richesses bien plus grandes que l'or.

 

*1 - La vie a maintenant un but : auparavant elle n'avait pas de but - nous vivions juste pour les plaisirs de ce monde et nos propres cœurs. Nous vivions seulement nos vies comme nous le voulions. Nous n'avions pas de but, pas d'objectif - notre vie était dénuée de sens.

*2 - Parce qu'une joie et une paix que je ne peux expliquer sont miennes : ma vie a un sens, un but, et vivre signifie quelque chose aujourd'hui.

*3 - Comme il est merveilleux d'avoir reçu le pardon de tes péchés : savoir tout à coup que quand je suis venu vers Christ et que j'ai confessé mes péchés, le Seigneur a enlevé mes péchés.

 

Quand vous entendez ces centaines de jeunes qui chantent ce cantique de tout leur cœur, votre cœur se réjouit et vous dites : « Est-il possible que ces jeunes chantent ce cantique de tout leur cœur ? » C'est quelque chose de particulier d'entendre chanter cela de tout cœur, en le pensant. C'est pour cela que nous voyons des jeunes qui se fiancent comme Bernice et Cobus le font, en disant : « Nous voulons rester purs. Nous voulons porter ce vêtement blanc le jour de notre mariage, sans tache ni ride. » C'est pourquoi chaque fois que je vis de tels moments, je me pose la question : « Est-ce que tous mes péchés sont pardonnés ? Suis-je venu à la croix, pour demander à Jésus de venir dans mon cœur ? » Là où je dis : « Jésus, je veux te suivre, te servir et purifier toute ma vie. »

C'est la question qui vous est posée, chers amis : Êtes-vous déjà venus à la croix ? Le Seigneur a-t-il pu vous purifier de vos péchés ? Si non, alors faites-le aujourd'hui. Alors, venez à la croix pour pouvoir dire : « Oh, il est merveilleux d'être chrétien ! Oh, il est merveilleux d'être enfant de Dieu. Oh, il est merveilleux d'avoir reçu le pardon de tes péchés. Oh, il est merveilleux d'être racheté, justifié, réconcilié pour toujours.

Quel privilège nous avons en tant que chrétiens. Personne d'autre sur terre n'a ce privilège que nous chrétiens, nous avons, parce que Dieu a pardonné nos péchés, parce que Jésus a fait toutes choses nouvelles. Il n'y a pas d'autre Dieu qui peut nous pardonner nos péchés, si ce n'est Jésus-Christ. Il n'y a personne d'autre dans tout cet univers qui peut nous donner la paix et la joie. Possèdes-tu cela ? Possèdes-tu cela ? Alors viens à la croix où Jésus est mort pour nous, où il a versé son sang pour nous, pour la rémission de nos péchés.

 

1 Pierre 4 : 12-14

 

Premier point : victoire dans les épreuves

C'est une merveilleuse parole d'encouragement pour chacun de nous. C'est si facile, quand nous chrétiens, nous affrontons des difficultés et que nous sommes attaqués ou quand les tentations surgissent, d'être abattus. Nous sommes si facilement démoralisés, découragés, et nous disons : « Qu'est-ce qui ne va pas chez nous ? Qu'avons-nous mal fait ? En quoi ai-je péché pour qu'il m'arrive cela ? Pourquoi suis-je attaqué de la sorte ? », et nous sommes abattus, nous perdons notre foi, nous nous sentons abandonnés de Dieu. Si nous affrontons des difficultés, des difficultés financières, des difficultés spirituelles, nous avons tendance à perdre courage et à dire que tout va contre nous. « Qu'est-ce que ça me rapporte de bien d'être chrétien ? » et nous abandonnons. Et nous oublions que la Parole de Dieu dit que nous devons nous réjouir quand ces souffrances se présentent à nous.

 

J'avais toujours cette impression que si je devais souffrir pour Christ, je devrais être jeté en prison, tué, etc. etc. Je pensais toujours que c'est cela souffrir pour Christ. C'était comme cela que j'interprétais le fait de souffrir pour Christ. Si souvent quand tu vis parmi des chrétiens, quand tu entends le mot persécution ou souffrance, tu penses que tu devras être torturé, la langue arrachée et tu te demande tout ce qui arrivera. C'est pour cela que tant de chrétiens ont peur de souffrir pour Christ et disent : « Non, je ne préfère pas ! Je préfère le chemin facile du monde. »

 

Verset12 : Nous lisons dans notre texte : Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous, et nous croyons que quelque chose d'étrange nous arrive. Ce n'est pas le cas, et le Seigneur Jésus nous envoie cela pour nous purifier et nous sanctifier. Nous chrétiens, nous oublions que nous lisons dans Romains 8 : 28 : Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu. C'est si important que nous ne l'oubliions pas, que quoi que nous ayons à affronter sur notre route, nous nous souvenions toujours que tout concoure à notre bien, à nous qui aimons Dieu. Quand les choses sont difficiles, quand nous traversons le désert où il n'y a pas de pluie, où nous souffrons de la faim (je parle spirituellement), où nous n'avons pas de lieu où nous reposer, nous nous souvenons du Seigneur Jésus et de Jean-Baptiste, là dans le désert, sous un soleil brûlant, là où il n'y avait pas d'eau et où les choses étaient difficiles, là où ils n'avaient plus rien à manger, où ils se disaient :  « Dieu ne me parle plus », à tel point que le Seigneur Jésus lui-même a dit : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » C'est à ce point que le Seigneur Jésus a souffert, qu'il a aussi cru que le Père l'avait abandonné. Il a souffert.

 

Crois-tu cela, que le Saint-Esprit nous conduira dans toute la vérité, si nous croyons comme Bernice et Cobus ? En acceptant la bague, elle a dit : « Je sais qu'il me sera fidèle, et je lui serai fidèle ». Pourquoi ne fais-tu pas de même avec le Seigneur Jésus ? Parce que si elle ne le croyait pas, elle n'aurait pas accepté cette bague. Quand le Seigneur Jésus est mort sur la croix, il nous a promis la vie éternelle. « Si tu me restes fidèle, je te resterai fidèle », dit le Seigneur Jésus. « Je te mets simplement à l'épreuve, pour voir si tu vas m'être fidèle ou pas, c'est pourquoi je permets que ces choses t'arrivent. C'est pour cela que je t'envoie dans ces fournaises. »

 

Deuxième point : la récompense au ciel

Verset 12 : Ne soyez pas surpris, comme d'une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous. Elles ne sont là que pour nous éprouver et nous tester. Ne pensez pas que ce qui vous arrive est étrange. Non, c'est notre lot, à nous chrétiens. C'est ce par quoi nous devons passer. C'est de cette manière que nous sommes mis à l'épreuve. Si nous regardons nos vies aujourd'hui, combien nous sommes facilement influencés par les circonstances, et nous perdons courage. Si quelqu'un te critique et abuse de toi, comment réagis-tu ? Nous lisons dans Mathieu 5 : 11 : Heureux serez-vous, lorsqu'on vous outragera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Le Seigneur Jésus dit que si cela vous arrive, si vous souffrez pour lui, vous êtes bénis. Si ensuite nous regardons notre vie, nous avons honte, et nous disons : « Seigneur Jésus, quel raté je suis ! » Quel genre de chrétiens sommes-nous pour être déprimés simplement si un moustique nous pique ? Tu n'as pas de colonne vertébrale ; nous sommes tous devenus des chrétiens qui fondent comme le beurre quand le soleil se lève. Où sont aujourd'hui les chrétiens qui peuvent tenir ferme et qui sont forts, qui ne se laissent pas ébranler, comme ceux du passé ? Le Seigneur dit, si nous sommes prêts à souffrir avec Christ : Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux. Pourquoi sommes-nous si facilement déprimés ? Pourquoi lorsque nous rencontrons des difficultés, si les gens disent du mal de nous, voulons-nous abandonner et perdre notre foi ? Si quelqu'un ne me salue pas, je suis profondément offensé. Si les gens ne s'inclinent pas devant moi, en m'honorant et en me respectant, je perds la foi. Si je suis au lit, sans pouvoir me lever, malade, je suis démoralisé et je perds ma foi.

O, puissions-nous devenir un peuple qui tient ferme et reste fort.

Exemple :

Un homme de Dundee, en Ecosse, resta alité pendant 40 ans. Quand il avait 15 ans, il avait eu un accident et sa nuque avait été brisée. Il était complètement paralysé, mais son esprit restait parfaitement clair. De façon étrange, son esprit n'avait pas souffert. Il était toujours rempli de joie et de paix. Il inspirait même les autres, les visiteurs, par son espoir, à tel point que lorsqu'ils partaient, ils disaient : « J'ai été béni par cet homme ! »

Un jour un visiteur vint chez lui et dit : « Dis-moi, est-ce que le diable ne vient jamais chez toi pour semer le doute dans ton cœur ? Là où tu es, couché au lit depuis 40 ans, est-ce que le diable ne vient pas, pour te dire que le Seigneur ne t'aime pas mais qu'il t'a rejeté ? Est-ce que le diable ne vient jamais te tenter de cette manière ? »

« Oh oui, le diable vient très souvent et il essaie de son mieux de me ravir ma joie et ma paix. »

« Quand tu vois tes amis se promener, prendre leur voiture, profiter de la vie, travailler, est-ce qu'il n'y a rien qui vient dans ton cœur pour te dire : ‘Pourquoi ? Pourquoi le Seigneur permet-il que tu sois couché au lit depuis 40 ans ? Pourquoi a-t-il permis que tu te brises la nuque ?' Que fais-tu quand le diable vient te parler comme ça ? »

« Ce n'est pas un problème ! Quand le diable vient me parler de cette manière, je l'emmène immédiatement à Golgotha. Je lui dis : ‘Satan, viens avec moi à Golgotha !', et je lui montre Christ et la grande blessure à son côté, et ses mains percées, et je lui dis : ‘Vois-tu ce que le Seigneur a fait pour moi ? Il a pardonné mes péchés. Vois-tu son amour pour moi ? Et ce n'est que pour un temps - je passerai l'éternité au ciel ! Vois-tu combien Jésus m'aime ?' Le diable n'a pas de réponse à ça, et chaque fois, il doit s'enfuir. C'est pourquoi je suis rempli de joie et de paix dans mon cœur. Il n'y a rien qui me séparera du calvaire, de Christ qui est mort pour moi et qui a versé son sang pour moi, pour le pardon de mes péchés. Et chaque fois que je viens à lui en disant : ‘Pardonne-moi !', il pardonne mon péché. Tu sais, j'oublie alors que j'ai passé les 40 dernières années au lit. »

Dis-moi, mon ami, si tu as des migraines, ton cœur est-il toujours rempli de joie ? As-tu la paix dans ton cœur ? Ou bien es-tu déprimé ? Sans espoir ? En vieillissant (ou plus exactement maintenant que je suis vieux !) c'est étonnant, tu as une douleur dans la main, dans le dos, le genou et au pied, et alors tu t'écroules : « Maintenant, je souffre ! Maintenant c'est difficile ! Je suis déjà si âgé, je ne peux plus monter sur une échelle ! » Cet homme qui est resté au lit pendant 40 ans, il avait la joie et la paix, et chaque fois que le diable venait avec le mal à la gorge, le mal au doigt, le doute : « Je l'emmène au calvaire ! »

Si j'ai des problèmes financiers, tout le monde peut le voir sur mon visage : « Cet homme passe vraiment par un moment difficile. » Nous perdons notre joie, notre foi, au lieu d'être comme cet Ecossais. Nos finances jouent un si grand rôle dans notre vie, et nous perdons notre joie et notre paix. Les gens nous regardent, lisent en nous et disent : « C'est cela le christianisme ? » Oh, puissions-nous redevenir des chrétiens qui servent un Dieu vivant ! Que nous servions un Jésus qui est ressuscité d'entre les morts !

Cela me rappelle une autre histoire :

C'était un professeur d'école du dimanche. Pour Pâques, elle dit : « Vous m'amènerez un œuf de Pâques à l'école. Prenez un œuf de Pâques en plastique et mettez quelque chose dedans, qui symbolise la résurrection de Christ. »

Chacun des enfants ramena un œuf en plastique, et elle ouvrit le premier. Elle y trouva une petite fleur. Le professeur expliqua pourquoi cette petite fleur était là : « Vous voyez cette jolie petite fleur ? C'est ce qui se passe le matin de Pâques quand Christ ressuscite - il nous donne la nouvelle  vie! »

Un autre enfant apporta son œuf, et elle vit une image du Seigneur Jésus lorsqu'il ressuscite des morts. Elle parla de la résurrection de Christ.

Ensuite, la suivante vint avec son œuf, et elle ouvrit l'œuf, et il y avait un clou dans cet œuf, alors elle parla des clous qui percèrent les mains de Jésus sur la croix.

Une autre avait mis un petit caillou dans son œuf, et elle parla de la pierre qui fut roulée de l'entrée de la tombe, quand l'ange vint et roula la pierre à la résurrection de Jésus.

Puis un petit garçon de 7 ans arriva et apporta son œuf. Le professeur dit : « Brian, qu'est-ce que tu as dans ton œuf ? » Ce petit garçon était retardé mentalement. Il lui donna l'œuf et elle l'ouvrit et il n'y avait rien à l'intérieur. Avant qu'elle ait pu demander pourquoi, Brian dit : « La tombe était vide. Mon Jésus est ressuscité ! »

Il croyait en un Christ ressuscité, un Christ qui tient le monde entier, l'univers entier, dans sa main, qui laisse la tombe vide et qui vit dans son cœur. C'est pourquoi il lui avait apporté un œuf qui était vide, mais il avait Jésus dans son cœur. Le Seigneur le conduisait et le guidait, il lui parlait, le conduisant dans toute la vérité. Le Seigneur le gardait du péché, disant : « Mon enfant, non, pas de cette façon ! » Brian le connaissait comme son berger, qui serait avec lui jusqu'à la mort, même quand il marcherait dans la vallée de l'ombre de la mort.

Connais-tu ce Christ ? Le connais-tu ? Ou bien es-tu juste un chrétien comme quelque chose qui est écrit sur un papier ? Ou est-il un Christ qui est vivant, qui te parle, qui marche avec toi, qui s'entretient avec toi, qui te garde de pécher ? Même si je ne sens rien, si je ne vois rien, je sais qu'il est avec moi.

Je crois en lui, je crois qu'il va me conduire un jour vers les portes du ciel. Tout ce que j'ai à faire c'est de lui obéir, d'obéir à Jésus. Je lui fais confiance parce qu'il est mort pour moi, il a donné sa vie pour moi et il me conduira vers une éternité glorieuse.

Permettez-moi juste de vous lire quelque chose de beau encore  une fois: Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux.

Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. A lui soit la puissance aux siècles des siècles ! Amen !



Prédicateur :Friedel Stegen
Retour au sommaire
Message
Télécharger au format PDF


Recherche
Prédicateur


Date


Passage


Mot clé
 
 

| © Eglise Protestante Evangélique du Val de Gally | Liens